Maintenant

Jusqu'au 18/01/2018

Artiste présenté

Presse

Flavien Théry
Ici commencent les cieux

Dans son « Petit guide de conversation avec les extraterrestres » (2016), Finn Brunton remarque que la question de savoir comment les humains peuvent communiquer avec les extraterrestres est à la fois existentielle, sémiotique et technologique. « Quels principes fondamentaux de la vie et de la civilisation humaines devraient être transmis et quels médias nous permettraient de les transmettre ? » Il s’agirait donc notamment d’un problème d'encodage/décodage : un problème de média à l'échelle cosmique.

Quand nous pensons à cette communication interplanétaire, nous avons tendance à penser à ce qu'on appelle le « SETI passif » (Search for Extraterrestrial Intelligence), le processus d'écouter passivement des signaux en provenance de l’espace. Mais il existe quelque chose d’encore plus passionnant : l’ « Active SETI », le défi de nous signaler activement aux non terriens.

Dès la fin du XIXème siècle les astronomes Camille Flammarion et A. Mercier préconisent l’utilisation de la lumière et de l’électricité pour communiquer avec nos voisins extraterrestres. Mais c’est le visionnaire poète et inventeur Charles Cros qui théorise une véritable méthode de codage du contenu en flash lumineux. Il publie en 1869 « Étude sur les moyens de communication avec les planètes », où il développe une sorte de protolangage informatique de compression et transmission de signaux à l’échelle interplanétaire par la lumière. Il s’inspira des nouvelles méthodes de tissage et de broderie rendues possibles par les machines à cartes perforées de Jacquard (et qui inspireront l’ordinateur mécanique qu’imagine en 1834 le mathématicien britannique Charles Babbage).

Impulsions lumineuses, tissage, codage multimédia…ces précurseurs et visionnaires ouvrent la voie à une utopie de communication extraterrestre active dont le « Voyager Golden Record » représente sans doute l’un des derniers exemples : des disques en aluminium anodisé contenant des sons, images et paroles censés dresser un portrait de la diversité de la vie sur Terre, qui ont été embarqués à bord des sondes spatiales Voyager en 1977. Même si les chances que ces « bouteilles à la mer interstellaires » soient retrouvées restent extrêmement faibles, il est assez probable que ces disques constitueront peut-être l'ultime trace de notre existence terrienne, perdue dans l'espace.

Si le projet Apollo fut salué comme le début d’un âge d’or de l’exploration spatiale, qui aurait certainement ouvert la voie aux expéditions vers Mars, à une colonie lunaire et à l’exploration des frontières du système solaire, comme Stanley Kubrick l’avait représenté dans son film 2001 : l’Odyssée de l’espace, dès 1980 il devint évident que l’alunissage n’avait pas été le premier acte de la conquête spatiale, mais le dernier.

Depuis on a assisté plutôt à la présence de plus en plus importante de robots sur la surface de Mars : les machines ayant occupé l’espace imaginatif humain avec leurs données analytique.

Héritier de cette tradition et en hommage à ces entreprises emblématiques de communication et d’exploration interplanétaires, les œuvres présentées à l’occasion de la deuxième exposition personnelle de Flavien Théry à la Galerie Charlot reposent la question de cet imaginaire spatial perdu.

Valentina Peri

///

Mon âme est comme un ciel sans bornes ; / Elle a des immensités mornes / Et d'innombrables soleils clairs ; / Aussi, malgré le mal, ma vie / De tant de diamants ravie / Se mire au ruisseau de mes vers. /// Je dirai donc en ces paroles / Mes visions qu'on croyait folles, / Ma réponse aux mondes lointains / Qui nous adressaient leurs messages, / Éclairs incompris de nos sages / Et qui, lassés, se sont éteints. /// Dans ma recherche coutumière / Tous les secrets de la lumière, / Tous les mystères du cerveau, / J'ai tout fouillé, j'ai su tout dire, / Faire pleurer et faire rire / Et montrer le monde nouveau. Extrait du poème de Charles Cros, Inscription, 1908

Messenger, Hémisphère Nord

de Flavien Théry

Dyptique
Production : Arcadi
Acier, bois, laiton, aimants, capteur magnétique, moteur, synthétiseur analogique, amplificateur
Unique + 1 EA
80 x 90 x 10 cm
2017

Messenger, Hémisphère sud

de Flavien Théry

Dyptique
Production : Arcadi
Acier, bois, laiton, aimants, capteur magnétique, moteur, synthétiseur analogique, amplificateur
Unique + 1 EA
80 x 90 x 10 cm
2017

Messenger

de Flavien Théry

Dyptique
Production : Arcadi
Acier, bois, laiton, aimants, capteur magnétique, moteur, synthétiseur analogique, amplificateur
Unique + 1 EA
80 x 90 x 10 cm
2017

Inverted relief (The Candor chasma’s flying carpet)

de Flavien Théry

Co-production : Arcadi / Ars Longa / Siana
Tissage numérique au point d’Aubusson, en coton, lunettes anaglyphes (stéréoscopiques)
Unique + 1 EA
180 x 360 cm
2016

Inverted relief (The Candor chasma’s flying carpet)


Co-production : Arcadi / Ars Longa / Siana
Tissage numérique au point d’Aubusson, en coton, lunettes anaglyphes (stéréoscopiques)
Unique + 1 EA
180 x 360 cm
2016

Inverted relief (The Candor chasma’s flying carpet)


Co-production : Arcadi / Ars Longa / Siana
Tissage numérique au point d’Aubusson, en coton, lunettes anaglyphes (stéréoscopiques)
Unique + 1 EA
180 x 360 cm
2016

143 minutes-lumière


Cyanotype
89 x 58 cm
2017

The last trip

de Flavien Théry

Verre Ouraline, bois backélisé, laser 405 nm, électronique
100 x 3 x 3 cm & 22,5 x 14 x 5 cm
2017

The last trip

de Flavien Théry

Verre Ouraline, bois backélisé, laser 405 nm, électronique
Unique
100 x 3 x 3 cm & 22,5 x 14 x 5 cm (boitier laser)
2017

Ici commencent les cieux

de Flavien Théry

Subligraphie sur aluminium
75 x 100 cm
2017

Vue de l'exposition - Messenger, Hémisphère Nord